Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le pétrolier iranien était entré en collision avec un navire céréalier chinois le 6 janvier (archives).

KEYSTONE/EPA SOUTH KOREA COAST GUARD

(sda-ats)

Un pétrolier iranien qui était en feu en mer de Chine orientale depuis une collision le 6 janvier avec un navire céréalier chinois a coulé dimanche, rapporte la télévision chinoise. L'accident a provoqué une marée noire dont on ignore encore l'ampleur.

Un responsable iranien a déclaré qu'il n'y avait plus d'espoir de retrouver de survivants parmi la trentaine de membres d'équipage. Le pétrolier comptait à son bord 32 membres d'équipage - 30 Iraniens et deux Bangladais. Trois corps seulement avaient été retrouvés dimanche.

L'accident s'est produit à environ 300 kilomètres à l'est de la ville chinoise de Shanghai. Le tanker Sanchi transportait 136'000 tonnes d'hydrocarbures légers (condensats). Il avait pris feu à la suite de sa collision le 6 janvier avec un navire de fret chinois.

Aucun espoir

A la mi-journée dimanche, le navire "s'est subitement embrasé" et la totalité du bâtiment s'est retrouvée la proie des flammes, avec un panache de fumée s'élevant jusqu'à 1000 mètres dans les airs, a expliqué le ministère chinois du Transport. Le ministère a publié des photographies dramatiques montrant le pétrolier entièrement masqué par des volutes d'épaisse fumée noire.

Le navire a ensuite fait naufrage. "D'après les dernières nouvelles de l'Administration publique océanique, le Sanchi a coulé entièrement", selon l'agence officielle Chine Nouvelle. Les secouristes chinois ont retrouvé samedi "la boîte noire" du pétrolier, qui se rendait en Corée du Sud.

Le porte-parole de l'équipe de secours mise en place par l'Iran a déclaré à la télévision d'Etat iranienne qu'il n'y avait plus d'espoir de retrouver des survivants. "Les membres d'équipage du navire ont été tués au cours de la première heure après l'accident à cause de la puissance de l'explosion et des émanations de gaz", a dit Mohammad Rastad.

Risques écologiques minimisés

Un journaliste de la télévision chinoise d'Etat CCTV était présent à bord d'un avion de l'Administration publique océanique. Il a expliqué qu'il avait vu les débris du Sanchi et du pétrole en feu, ainsi que des hydrocarbures répandus sur une zone de 10 kilomètres carrés.

"La marée noire est très grave", a déclaré le journaliste cité par CCTV. Mais la télévision a également cité un ingénieur de l'Administration océanique, Zhang Yong, qui minimise les craintes quant aux risques écologiques.

"Il s'agit de brut léger, et ce type de marée noire a des conséquences bien moindres, comparé aux autres marées noires, car ce genre de pétrole est spécialement volatil. La majeure partie est partie dans l'atmosphère, alors il y a moins de conséquences pour l'océan", a déclaré M. Zhang. "Nous sommes en pleine mer, très loin d'endroits habités, alors l'impact pour l'homme devrait être minime".

La marée noire pourrait potentiellement être la pire depuis 1991, quand 260'000 tonnes de brut se sont déversées en mer au large des côtes de l'Angola, dans le sud de l'Afrique. Les flammes à bord du navire, des conditions météorologiques défavorables - vents violents, hautes vagues - et des vapeurs toxiques avaient gêné les opérations visant à éteindre le sinistre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS